Votre mot de passe vous sera envoyé.

Alors que la saison 2017-2018 touche à sa fin, certaines décisions sont déjà prises aux quatre coins de notre chère province et d’autres épisodes sont intéressants à suivre. Nous faisons le point à la veille de la coupe Bodart qui, comme chaque année, rassemble le monde du volley liégeois.

Honneur aux dames !

En Ligue B, Thimister a décroché in extremis une 10ème place qui pourrait leur permettre de prolonger leur bail dans l’antichambre de l’élite nationale. Une situation qui aurait eu le don de désespérer le staff des dirigeants au vu du départ des cousines Humblet, Charline et Maureen, vers Datovoc Tongeren en Ligue A où elles rejoindront les sœurs Krenicki formées elles aussi à Thimister, mais des rumeurs laissent entendre que Jacques Meessen aurait offert ses services, accompagné de joueuses, afin de relancer la machine. Et ça ça change la donne ! Si cela se confirme, nul doute que c’est du côté du VBC Waremme, où Jacques Meessen officiait cette saison, que des dents vont grincer, eux qui avaient fait venir celui-ci afin d’entamer la route vers l’objectif avoué d’avoir une équipe féminine au plus haut niveau dans un avenir plus ou moins proche. On peut imaginer que dans les joueuses que Jacques Meessen emporterait dans ses bagages, certaines seraient de celles qu’il avait sous ses ordres cette année, provoquant un « roll back » au goût amer dans les intentions du club waremmien.

En Nationale 2, Aubel a remporté un titre amplement mérité au vu de la qualité des joueuses étrangères du noyau et du volume d’entraînement inhabituellement élevé pour ce niveau. Elles rejoindront donc la Ligue B la saison prochaine. Il sera intéressant de suivre leur évolution car c’est un autre monde.

Du côté de la Nationale 3, Seraing VBC a sauvé sa peau lors de l’ultime journée. Un sauvetage malheureusement inutile dans le sens où la grande majorité, pour ne pas dire la totalité, du noyau quittera le matricule sérésien en proie à de très grosses difficultés financières mettant en péril sa survie.  Une Nationale 3 que retrouveront par contre les filles de Flémalle, championnes autoritaires de P1 aux commandes de Philippe Mercier. Un objectif annoncé et atteint de belle manière !

Dans les divisions provinciales une journée reste à jouer. Si certaines équipes championnes sont déjà connues, des places de second montant restent à distribuer.

Du côté des messieurs à présent.

En Ligue A, après avoir réalisé sa meilleure phase classique depuis son accession il y a huit ans, le VBC Waremme a sombré en playoffs. L’annonce inattendue et au timing discutable du changement d’entraîneur la saison prochaine a probablement joué un rôle dans cette fin de saison sans panache. Très grande fierté malgré tout, la présélection en équipe nationale du libéro Quentin Albert, résidant amaytois et joueur devenu cadre de cette équipe malgré son jeune âge. Une sélection inattendue mais méritée qui est le fruit d’un travail acharné et d’un mental de battant. A noter également que le jeune Elias Thys, central, a signé dans le prestigieux club du Noliko Maaseik et que le non moins jeune Samuel Fafchamps, coéquipier du waremmien Martin Perin chez les Belgian Red Dragons U18, fait son arrivée dans le noyau Wawa en provenance de la N2 de St Jo Welkenraedt.

Deux échelons plus bas, des liégeois festoient et d’autres grimacent. L’EH Mortroux-Thimister réalise une magnifique saison et s’octroie la seconde place. Si cette position de dauphin ne lui offre pas de ticket pour la Ligue B, les mortrousiens ont réalisé l’exploit d’être la seule équipe à s’offrir le scalp du champion Haacht lors de leurs 2 confrontations, et même d’être la seule équipe à les défaire sur leurs propres terres ! A l’autre extrémité du classement, la Ribambelle Marchin a vécu une saison difficile n’engrangeant aucun point. Si tous les observateurs avaient prévus « l’ascenseur », cette première expérience à ce niveau pour ce petit club de village aura laissé des traces au moral et au compte en banque.

En Nationale 2, la jeune équipe de Spa-Pepinster a méritoirement décroché la seconde place et le droit d’évoluer en Nationale 1 lors du prochain exercice. Si cette équipe est talentueuse, il faudra néanmoins continuer à travailler et éventuellement se renforcer car l’opposition sera toute autre dans une division dominée par le Nord du pays. Un objectif reste à atteindre pour cette équipe, remporter la finale de la Coupe Marcel Bodart.

Juste derrière nous retrouvons Esneux. Autre équipe jeune et talentueuse qui a connu un tournant cette saison avec le départ de son entraîneur mythique, Kevin Sante, et de plusieurs joueurs cadres, après avoir connu une saison en N1 où ils ont fait mieux que se défendre sans toutefois parvenir à rivaliser. Ils seront les adversaires de Spa en demi-finale ce 1er mai. Sans aucun doute la finale avant la finale. Kevin Sante est de retour aux commandes depuis peu et a commencé à imposer sa patte. Cela va cogner mardi !

 

Du côté de la Nationale 3B, composée à 58% (!!!) d’équipes liégeoises, c’est la seconde équipe de Mortroux-Thimister qui coiffe les lauriers du titre, 3 unités devant Herstal que nous retrouverons également ce 1er mai face à la N2 de St Jo Welkenraedt. Malheureusement, l’équipe de Remouchamps, 10ème, a déclaré forfait pour ses rencontres de barrages et se voit relégué en P1. Les nombreux départs et arrêts au sein du noyau ont eu raison de la volonté du club de maintenir une équipe en Nationale. Une situation de descendant que la province de Liège n’avait plus connu depuis de nombreuses années mais qui est logique puisque chaque année la série B compte de plus en plus d’équipes liégeoises, c’est mathématique.

 

En P1, il faudra attendre samedi pour connaître le champion. Olne, en tête, compte 2 points d’avance sur son seul adversaire, St Jo Welkenraedt. Leur confrontation a eu lieu la semaine dernière et tournait à l’avantage de Welkenraedt. Malheureusement, en plus de perdre les 3 points, Olne perdait aussi son passeur, maître à jouer, Laurent Mercier sur blessure. Alors que St Jo affrontera Seraing et devrait l’emporter sans problème, Olne devra de son côté se déplacer à Eupen en étant privé de passeur, mais aussi batailler face à une solide équipe dont le capitaine emblématique, Päiko Hosens, fera son jubilée et fera tout pour se retirer des terrains sur une victoire.

Au rayon des déceptions, il est à noter le scratch, faute de combattants et d’entraîneur pour la saison prochaine, de l’équipe de Flémalle qui reste pourtant sur une très belle saison et qui voudra terminer son aventure sur une victoire face à Herstal où, détail cocasse, évolue Philippe Mercier, l’entraîneur des flémalloises championnes de P1. A suivre également ce qu’adviendra le matricule sérésien. Cela annonce encore de nombreuses montées de P2 en P1 par le jeu des chaises musicales. Pas certain que cela favorise le niveau de l’élite provinciale…

 

Enfin, cocorico pour l’arbitrage liégeois! C’est Marika Boulanger, arbitre féminine internationale, qui a été élue « Arbitre de l’année » lors des récents Volleyproms qui récompensent les meilleurs joueurs, entraîneurs et arbitres du top niveau belge !

TENEZ-VOUS INFORME DE L ACTU SPORT EN PROVINCE DE LIEGE